21/02/2013

Vivre dans l'enfer des tranchées, combien de victimes encore?

Fin 1915, avec les pluies de novembre, les combats perdent enfin de leur intensité. Les soldats croupissent dans les tranchées détrempées par les boues qui envahissent le moindre abri. L’eau menace de partout. Et l’hiver qui arrive s’annonce aussi vigoureux que le précédent. Un autre ennemi à affronter. Le froid se précise. D'autres combats. Patrouilles,  coups de mains, embuscades, reconnaissances ou simples attaques d’un poste ennemi trop menaçant sont le lot quotidien de l’homme de tranchée. « Le couteau pour l’attaque,  la grenade pour la défense ». Il faut « leur faire des prisonniers » afin de leur soutirer des informations sur les intentions ennemies et le moral de leurs troupes. L’ennemi agit de même.

 

 

 

Lire la suite

13:28 | Lien permanent