23/04/2013

Blessé très sévèrement à la gorge, il meurt malgré une transfusion sanguine

Bien que située à l’arrière des premières lignes, l’artillerie n’en est pas moins exposée car l’ennemi tente de détruire les batteries qui pilonnent ses défenses. Nos positions tentent de se soustraire à la vue ennemie par des camouflages mais également à l’aide de panneaux qui dissimulent les fumées des tirs. Malgré toutes ces précautions, des batteries belges seront sévèrement contre battues et il y aura beaucoup de victimes parmi les artilleurs. Que peuvent ces aménagements face à la force d’un obus ? Plusieurs villageois, artilleurs aux 1er, 3ème et 5ème régiments d’artillerie perdront la vie ou seront grièvement blessés lors de l’offensive finale. Certains seront enterrés momentanément dans les cimetières de Oeren ou West-Vleteren.


demont pellier jean.jpg

 

Ongewud 1918, 06, 26 Opgenomen in BeMH, Jean ….  met halsbloede met gescheurde halsslager en keel. Een spoedopératie werd uitgevoerd door Prof. Willems met de betrachting de gescheurde bloedvaten te hechten. Brancardier Branchot Jules, heeft zich vrijwallig  aangeboden voor de bloedtranfusie die nodig was door het hele bloedverlies. Na de operatie is de patiënt heel kalm gebleven en werd hij in zijn laatste ongeblikken bijgestaan door aalmozenier De Vocht”.

 

Jean est né à Arbre en 1897. Il s’engage en juillet 1916 et part dans un centre d’instruction en France jusqu’au 23 novembre 1916 date à laquelle il rejoint  la 13ème batterie du 3ème groupe du 1er régiment d’artillerie. L’offensive générale se dessine, l’artillerie prépare le terrain en pilonnant les lignes ennemies. Jour et nuit, les canons tonnent. Mais l’adversaire ne reste pas inactif et contre bat notre artillerie. De nouveau Dixmude est pris sous le feu ennemi. Lors d’un de ces échanges, la pièce de notre concitoyen est touchée et il est mortellement blessé à la gorge, artères et veines sont endommagées et l’hémorragie est  sévère. Malgré son transport rapide à l’hôpital de Hoogstade, hôpital de campagne, et l’intervention rapide du professeur Martens, le blessé qui a été transfusé, meurt des suites de ses blessures. Il est assisté de l’aumônier De Vocht dans ses derniers instants. Lors de l’opération, le brancardier Branchot Jules s’est offert volontairementpour donner de son sang.

Le cimetière de Oeren, là où repose encore Jean, sa tombe est la troisième. photo de M. J. De Conninckde mont 2a.jpg

gemenne.jpg

Un autre du 3ème RA.

Antoine Gemenne de Profondeville « Tué en service commandé,  mort en brave devant l’ennemi au moment où il venait de finir un  tir sur l’ennemi ». Il servait au 3ème régiment d’artillerie comme maréchal des logis. Il a combattu à Liège, s’est replié sur Anvers puis sur l’Yser. L’artillerie prend de plus en plus d’importance dans la stratégie. Il faut battre les lignes ennemies mais également détruire l’artillerie ennemie. L’artillerie ennemie fait de même et le 25 avril, lors d’un échange entre les protagonistes, sa pièce est touchée, il est tué d’un éclat en pleine tête.

0 1918 08.jpg

 

 


 

Cimetière de West Vleteren, photo de Robert Lestrade. westvleteren genin.jpg

 

Des dégâts sur une batterie belge.0 1918 06.jpg

Ce camouflage est-il efficace?001blog.jpg

Des panneaux barrant la vue aux observateurs ennemis002 blog.jpg

Après un bombardement ennemi, il faut reconstruire la position.004 blog.jpg

12:43 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.