30/05/2013

1918, la grippe espagnole se propage dans nos villages

En présence des ravages que la grippe produit dans nos contrées, la commission médicale provinciale lance une campagne de sensibilisation auprès des populations locales. il convient de donner les mesures à prendre pour combattre la pandémie. Cette contagion se propage d'autent plus vite que les populations sont affaiblies par quatre années de privations. Ce fléau, constatent les autorités médicales, décime nos populations ainsi que les familles des réfugiés français accueillis dans nos villages.


Outres les articles qui paraissent dans la presse et  les avis lancés par les édiles communaux, les autorités médicales s'adressent aux prêtres afin que ceux-ci, lors de leur sermon dominical, parlent des mesures prophylatiques à prendre par leurs ouailles.

Extraits de la lettre envoyée aux prêtres avec les explications à donner quant à la préparation des désinfectants01 (01).jpg

01 (02).jpg

La mortalité est en augmentation en 1918 et 1919 pour revenir à la normale en 1920

01 (03).JPG

Des familles françaises venues du Nord de la France sont accueillies dans nos villages. Elles aussi sont victimes de la pandémie. Plusieurs réfugiés décèderont des suites de la grippe espagnole. Ceux de Lustin étaient soignés à l'institut Saint-Thomas, tenu par des religieuses françaises.

01 (05).jpg

Un article du 26 décembre 1918 concernant les réfugiés accueillis à Bois-de-Villers

01 (04).jpg

Parmi les victimes de la grippe, un soldat français du 22ème (ou 21ème) Régiment d'infanterie ayant été fait prisonnier. Etait-il de retour vers son pays et fauché par le virus? Toujours est-il qu'il décède à Lustin. Il était originaire de la Corrèze.

01 (07).jpg

012.jpgL'acte de décès de Pierre Vignier dans les registres paroissiaux de Lustin et sa fiche militaire précisant le lieu et la date de son décès ainsi qu'un début d'explication à sa présence parmi nous en 1918.

16:13 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.