26/11/2013

Un poilu du 91ème RI habitait Profondeville, tué en Argonne en septembre 1914

 Ce régiment français est relié à l’histoire de notre commune car un de nos concitoyens y servait et fut tué en Argonne. Son nom, Jean-Baptiste Grandmontagne, est gravé dans la pierre de notre monument aux morts.

Le 91ème régiment séjourne en septembre dans l’Argonne.   « Le terrain, formé de cette gaize argileuse, qui rend les communications si difficiles par temps pluvieux, était à lui seul un ennemi. Les épais fourrés, les nombreux accidents de terrain empêchant toute vue directe, aggravant les moindres mouvements, ne permettant de déceler les intentions de l’ennemi qui pouvait par contre, utilisant ces circonstances, agir en toute sécurité. Cette position est d’autant plus importante que l’Argonne commande l’unique voie ferrée autorisant le ravitaillement du camp retranché de Verdun. La conservation de ce bastion était primordiale ».

  


 

nais.jpg

 

 

 

Son histoire en quelques mots.

 

 Joseph Auguste Grandmontagne, forgeron de profession, et Louise Léonie Lopinot, sans profession sont installées à Saint-Dizier. C’est cependant à Gorcy, un petit village proche de notre frontière que naît leur premier enfant, Jean-Baptiste, le 18 février 1892. Curieusement,  on le retrouve quelques années plus tard à Profondeville exerçant la profession de journalier. Et c’est le 21 juillet 1914 qu’il épouse Augustine  Marique, une villageoise âgée de 19 ans, sans profession.

 

Extrait de l'acte de mariage civil

de J-B Grandmontagne et Augustine Marique, le 21 juillet 1914marai civ.jpg

 

Extrait acte de mariage religieux, le 21 juillet 1914maria.jpg

 

 De Gorcy à Profondeville,

 

Jean-Baptiste (et non Ernest)  est donc né à Gorcy, le 18 février 1892. Déclaré comme ouvrier d’usine à Saint-Dizier, on le retrouve en 1908 à Bar-le-Duc puis à Nancy en 1909 ayant des soucis avec la justice.  Il ne doit pas se présenter au tribunal car dans les deux jugements, il  est condamné par défaut. Serait-il déjà parti pour la Belgique? 1912!  La classe  approche. Convoqué pour le service militaire,  il ne se présente pas l’appel du 1er octobre 1913 et est déclaré insoumis le 4 décembre de la même année. Et de fait, à cette époque, il vit à Profondeville exerçant la profession de journalier.  Le 21 juillet 1914, il y épouse Augustine  Marique, une villageoise âgée de 19 ans, sans profession

 

avec l'autorisation du chtimiste.jpgAvec l'autorisation du site du "Chtimiste"

 

Ce n'est qu'après la stabilisation du front que les soldats creuseront des tranchées aménagées. Le 91ème  dans les tranchées. Jean-Baptiste Grandmontagne ne connaîtra pas la vie dans les tranchées.

Entre le 6 septembre et le 18 septembre, le régiment est au front. Les pertes sont sévères. Jean-Baptiste Grandmontagne y perd la vie mais 

 un doute persiste sur la date de son trépas. Son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Dizier mais également sur celui de son village d’adoption. Là où il laisse une veuve de 19 ans.

 

Un doute sur la date et le lieu de sa mort.

J.B. Grandmontagne 3.jpg

a 8ème compagnie où sert Jean-Baptiste Grandmontagne, fait partie du 2ème bataillon.

Le 8 septembre,

 

Le régiment se trouve à Thiéblemont. La canonnade ennemie commence au point du jour. Le 91ème reste en seconde ligne derrière le 147ème  régiment d’infanterie. Vers 7  heures, l’ennemi prend l’offensive et pour y faire face, le 91è adopte un nouveau dispositif de défense. La canonnade devient alors très vive sur notre artillerie et sur les 1er et 3ème bataillons du 91ème.  Ce dernier est pris à partie par de l’artillerie de gros calibre. Le 2ème bataillon qui  est en réserves entre Thiéblemont et Farémont, à cheval sur la route qui sert de rue, échappe au pilonnage. L’ennemi qui a de nombreuses mitrailleuses vers Reims-la-Brûlée attaque mollement portant son effort sur Favresse et Haussignemont. C’est là que se trouvent les 7ème et 8ème compagnies (8ème c’est celle de Jean-Baptiste Grandmontagne) aux ordres du capitaine David. Les hommes résistent à trois attaques pourtant appuyées par un bombardement intensif. À tel point que le 87ème régiment d’infanterie vient les renforcer avec deux bataillons.

À 11heures 30, en prévision d’une attaque sérieuse, le 91ème se réorganise, le 2ème bataillon doit se porter en soutien d’artillerie toujours dans le secteur d’Haussignemont. Le mouvement est exécuté vers 13h30. Le commandant du 2ème bataillon trouvant le terrain fortement occupé par le 87ème, revient à Heiltz, un village voisin. L’ennemi ne fait plus de progrès mais sa canonnade redouble et inflige des pertes au 1er bataillon et à notre artillerie. La situation reste identique jusqu’à la nuit.

Pertes faibles ( ?) pour le 91ème  qui compte 8 tués, 53 blessés et 2 disparus. 

Le 9 septembre, rien de changé dans la situation du 8 au soir mais à partir de 13heures tout le secteur est soumis à une canonnade intense. Les 7ème et 8ème compagnies toujours à Haussigemont sont relevées par des éléments de la 3ème D.I. Elles rejoignent le 2ème bataillon qui se dirige vers Orconte.

 

 

La journée du 10 septembre dans le JMO du 91ème régiment d'infanterie

 

bbbbbb.jpg

 

annevoie rouillon 04.jpgPertes de la journées du 10 septembre:

4 tués, 10 blessés et 1 disparu

 

Les archives consultées donnent d'autres informations:

 

Le soldat disparu serait Cachard Joseph

 

Les blessés ne sont pas repris.

 

Par contre pour les tués,

le nombre de 4 semblerait  sous estimé.

 

 "tués à l'ennemi" ce 10 septembre à Thiéblemont

 

Boulanger François,

 Cuvelliez  Ernest, Nicot, Camille, Davenne Marcel, une cinquième victime est relevée à Saint Chéron, il s'agit de Lecointe Victor

 

 

Et notre concitoyen déclaré "tué à l'ennemi" le 10 septembre à Thièblemont mais seulement déclaré le 17 septembre.

Il reste donc une zone d’ombre sur la date du décès de  notre concitoyen d’adoption.

 

Deux fantassins du 91ème RI.

 Extrait de l'acte de décès reçu de la mairie de Saint-Dizier

 

 

 

annevoie rouillon 07.jpg

 

Deux soldats témoignent du décès et assument la réalité du décès.

 

Sur le monument aux morts de Profondeville

 

mam.jpg

Jean-Baptiste Grandmontagne est également repris sur le monument aux morts de Saint-Dizier (France),

la ville où il est né. Cette fois avec encore une différence dans le prénom.

J-M au lieu de J-B.(mais c'est bien le même personnage)

saint-dizier, monument aux morts

 

Saint-Dizier, monument aux morts,

Le monument du cimetière français à Dinant.attaque.jpg

 

Sources

Merci au capitaine Chr. Cole pour ses photos du monument aux morts de Saint-Dizier.

Historique du 91ème régiment d'infanterie

Archives communales de Profondeville et registre paroissial des mariages de la paroisse.

Le JMO du régiment  sur le site Mémoire des Hommes,  Journal de marche, 1er août 1914-31 juillet 1915

Genweb pour le 91ème RI

Le site "Le chtimiste"

Dr Chagnaud,... Le 91e régiment d'infanterie de Mézières : Préface du général Charles-Fernand Barrard. 

Et le blog sur le 91ème régiment d'infanterie http://91ri-291ri-45rit.blogspot.fr/

 

 

16:07 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.