01/06/2014

Du tirage au sort au service militaire obligatoire et les engagés volontaires...

Comme la neutralité de notre pays est, depuis 1830, garantie par les pays voisins, l'armée belge n'a guère besoin d'un nombre important de soldats. Chaque année, ce quota était fixé par une loi. Si les engagements volontaires comblaient une partie de l'effectif, ce n'était néanmoins pas suffisant pour remplir les cadres régimentaires. Dès lors, l'armée recrutait par le système du tirage au sort entre tous les jeunes gens en âge de servir sous les drapeaux. L'année de leur vingt ans, tous nos anciens concitoyens se  rendaient à Namur pour remplir leur devoir... C'est ce que l'on appelait l'impôt du sang.

Les évolutions du service militaire: en 1909 et en 1913, deux lois apporteront des modifications

Culot Adelin de Lesve, né en 1882, est de la classe 1902                         Tirage au sort.

Marchal George, né à Lustin en 1882, est de la classe 1902                      Tirage au sort

Delahaut Louis de Bois-de-Villers, né en 1890, est de la classe 1910.        Un fils par famille

Crespeigne Emile, Arbre, né en 1892 et de la classe 1912.                      Un fils par famille

Anciaux Fernand de Lustin, né en 1893, est de la classe 13,             Service obligatoire.

Michel Octave, né à Rivière en 1893, est de la classe 13.                 Service obligatoire 


 Les engagés volontaires

Que ce soit par vocation ou pour trouver un emploi par ces temps de crises du début du siècle,  certains de nos concitoyens ont devancé l'appel et se sont engagés. Parfois bien jeunes ! George Depaire de Profondeville et Albert Massaux de Lustin n'avaient que 16 ans lors de leur engagement en 1908, Les autres n'étaient guère beaucoup plus âgés. Ces volontaires recevaient une solde plus importante que les miliciens et pouvaient monter en grade. Plusieurs de nos villageois, se sont retrouvés caporaux, sergents, sergents-fourriers voire même officiers. Ils pouvaient renouveler leur contrat tous les deux ans et de la sorte faire carrière sous les drapeaux. Ce fut le cas pour Albert Massaux qui termina comme colonel.

volontaire, aviateur, 14-18,

Les états de services

d'Albert Massaux:

Engagé volontaire de carrière en janvier 1908 au 7ème régiment d'infanterie. (Il est né en 1892, il aurait donc dû effectuer son service militaire en 1912). Un mois après, il est nommé caporal. En 1910, il devient sergent. Comme il mute en 1911 dans un régiment d'artillerie, il devient maréchal des logis. Le même grade mais ce titre est particulier aux artilleurs. Nommé sous-lieutenant en 1912, année pendant laquelle, à sa demande,  il rejoint  une compagnie d'aviation à Braschaat. Il devient pilote .

 

 

engagé volontaire, tirage au sort, volontaire

George Depaire, engagé le 13 octobre 1908, caporal le 1er novembre de la même année, sergent le 1er juin 1913. Lui aussi, né en 1892 aurait dû effectuer son terme en 1912.

Ceux qui tiraient au sort

Convoqués au chef lieu de canton, tous les jeunes gens, âgés de 20 ans, se présentaient devant les autorités militaires afin de tirer au sort. Cette procédure favorisait les familles aisées qui pouvaient trouver parmi les classes plus défavorisées et moyennant finance, un suppléant pour leur fils qui avait tiré un mauvais numéro.

livret militaire, carnet militaire, tirage au sort 

Joseph Sainvitu, né le 17 mars 1889 à Rivière. Profession de journalier. Le 15 avril 1909, il est incorporé comme milicien ayant tiré le numéro 35 lors du tirage au sort. La loi supprimant le tirage au sort date de décembre 1909.

 Jules Pirson, né à Rivière le 5 janvier 1872 était garçon boucher lorsque le 13 juillet 1892, il  tire le n° 35, un mauvais numéro qui l’envoie au 8ème régiment d'infanterie.

tirage au sort, Rivière, Burnot

déporté, 14-18

René Dufaux de Bois-de-Villers a tiré un mauvais numéro. Relativement aisée, sa famille lui trouve un remplaçant dans le village voisin de Sart-Saint-Laurent. René fut déporté en 1917 avec les jeunes gens de Bois-de-Villers.

 La vie à la caserne, une découverte pour nos villageois.caserne, 14-18, milicien

En décembre 1909, le roi Léopold II instaure la loi du service militaire obligatoire pour un fils par famille. Le contingent est dès lors plus important et nécessite une première réorganisation de l'armée. Des camps d'entraînements sont organisés pour tous les régiments qui partent sur le terrain afin d'appliquer les théories.

camp Beverlo, camp militaire, exercice

En avril 1909, le 13ème de ligne effectue un camp à Beverloo. Le lieutenant Mathieux (appuyé contre la porte), envoie cette photo à son épouse. Comme quoi les soldats se sont toujours autorisés quelques moments de répit.

"Je t"envoie un spécimen assez rigolo des plaisirs du camp. le camp diminue".

 

caserne, marie henriette, 13ème de ligne

En août 1913, le roi Albert Ier change le contenu de la loi et impose le service militaire obligatoire pour tous les fils d'une famille. Seul un état de santé défaillant évite l'appel sous les drapeaux. De nouveau, le contingent augmente et le pays se retrouve avec une armée de plus de 250,000 hommes qu'il faut armer, entraîner, habiller, loger et nourrir. Que de problèmes logistiques à gérer, que d'apprentissages à inculquer à tous ces miliciens. Des manœuvres seront organisées afin d'appliquer les théories et plonger les hommes dans des situations plus réelles. Celles de 1913 auront lieu dans notre région, celles de 1914.... seront annulées ! Malgré les efforts consentis, notre armée ne sera pas complètement en ordre de marche lors de la déclaration de la guerre.

Les casernes namuroises accueillent les divers régiments. Le 13ème de ligne occupe la caserne Marie-Henriette,

sm12.jpg

Les lanciers s'installent à la caserne Léopold, les artilleurs et le génie  sont à la Citadelle tandis que les troupes de forteresse occupent les différents forts de la ceinture de défense.

 

La vie militaire.... quelques détails

Dans les  dossiers militaires, certains détails apparaissent quant à la vie militaire. La discipline n'est pas toujours acceptée facilement. C'est peu dire. Mais il faut se plier à la vie militaire  et les punitions sont là pour rappeler à l'ordre tous les défaillants.Quelques villageois se sont particulièrement distingués dans ce domaine.

Exemple: Après son terme, ce soldat, originaire de Lesve, deviendra agent de police à la ville de Châtelet.

discipline, punition, arrêt de quartier,

 8 jours d'arrêt à la salle de police pour avoir troublé l'ordre dans la chambrée en molestant un de ses camarades et avoir traité de "vaurien" le caporal chef de chambrée.

8 jours d'arrêts dans le quartier pour être rentré 1 heure et 15 minutes après l'appel du soir....

8 jours d'arrêts dans le quartier pour persistance à ne pas se faire couper les cheveux en temps opportun. 

 

ma 001.jpg

ma 002.jpg

Des artilleurs viennent abreuver les chevaux. Les berges le long de la Meuse à la Pairelle (Wépion) semblent aménagées pour cela. Un brin de toilette, un bain... dans l'eau de Meuse sous la surveillance d'un maître nageur... 

Quant aux permissions,  en dehors de celles accordées pour les travaux agricoles (concernant uniquement les fils de ferme), elles sont distribuées avec parcimonie et pour de brèves périodes. Célestin Marchal de Arbre a dû demander l'accord de son colonel pour se marier et n'a eu que quatre jours pour célébrer ses noces.

mariage militaire, permission

Acte de mariage de Célestin Marchal point 4 L'autorisation de contracter mariage accordée à Marchal Célestin par le colonel du 3ème régiment de chasseurs à pied, le 1er juillet 1904. Ci-dessous, la permission octroyée du 1er au 5 août 1904 pour les festivités.

sm15.jpg 

337324689.jpg La fiche personnelle du soldat Célestin Marchal de Arbre précise qu'il est mieux connu sous le sobriquet de Lapin, d'où la mention "dit Lapin". Il faut dire que les familles Marchal sont nombreuses à Arbre et à Lustin. 

empreinte digitale, 14-18, service militaire, tirage au sort

Les empreintes digitales sont parfois reprises sur les documents officiels. L'index et le pouce gauches.

Fiche signalétique de Dave Edouard de Lesve. 

 

 

1552278786.jpg 

Les empreintes digitales d' Ernest Louis

 

 

 

 

 

Et puis c'est la démobilisation, le retour à la vie civile que l'on fête "dignement"....,

 

Le 13ème de ligne en 1905, quelques démobilisés mis en congé illimitédémobilisation, la quille

 

 

Jusqu'en 1914! 

 

 

 

 

Sources

Journaux l'Ami de l'Ordre du 23 août au 20 septembre 1913.

Dossiers militaires , archives militaires, Notariat, Evere.

Photos E. Louis, A. Mathieux, E. Binamé,

Arch. Communales, registres d'Etat civil, actes de mariage, Arbre, 1904.

Cartes postales anciennes.

16:00 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.