29/11/2017

L'attaque sur Anseremme

 Anseremme

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur  Le 14 août, en début de soirée, le pont avait déjà subi une attaque ennemie.. C’est le jeune sous-lieutenant de Plusquellec qui, à la tête de sa section, a subi le premier choc, la veille au soir. C’est sur ce fait que le commandant Bertrand s’appuya pour dramatiser la situation et déclencher l’envoi de renfort. En l’occurrence, le 33ème RI.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

 

 

 

«  le 14 août ma section était de garde au pont d’Anseremme. À 18heures un groupe de cavaliers se présenta à la crête  près du château d’Hordenne, j’ouvris le feu , les cavaliers disparurent ; à 18h 15 une section de mitrailleuses ouvrit le feu sur ma section, je répondis à chaque …( ?) fois ? La fusillade dura environ une heure ». Le reste de la nuit se passe calmement.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Le pont d'Anseremme photo tirée d'un historique allemand

« Le lendemain vers 4 heures, je reçus l’ordre de pénétrer dans Anseremme et de me porter jusqu’au ravin de Froide-Vaux. Engagé dans le ravin, à environ 400 m d’Anseremme, je reçus l’ordre de m’arrêter. Je construisis une barricade. Vers 9 heures, je reçus l’ordre de venir de l’autre (côté) du ravin pour …( ?) une barricade établie auparavant ». C’est l’avant-garde de la 9ème cie  du 148ri, en défense du pont d’Anseremme, rive gauche  et qui reçut, plus tard dans la matinée,  l’ordre de se porte sur la rive droite de la Meuse afin de tenir le secteur de Froide-Vaux et d’atteindre Herbuchenne. A ce moment, toute la compagnie est engagée  sur la rive droite de la Meuse.Les Allemands sont déjà sur le plateau d'Herbuchenne.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Le témoignage de la fermière d'Herbuchenne.

L’artillerie déployée à Herbuchenne gêne considérablement les mouvements des défenseurs du pont. Il est impérieux de faire taire ces batteries. Le lieutenant de Beaucoudray qui a rejoint le lieutenant Plusquelec occupe également le ravin de Froide Veaux afin d’interdire toutes  éventualités d’approche ennemie.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Une barricade est immédiatement dressée empêchant les troupes ennemies de déboucher. Ce sera le point de départ d’une section qui devait, en gagnant  « les crêtes de la roche Bayard et du village d’Herbuchennes fortement occupé par l’artillerie ennemie et en mitrailleuses et des tirailleurs embusqués dans les rochers » s’en approcher et les détruire. C’est le jeune sous-lieutenant Remy qui fut chargé d’atteindre Herbuchenne. En vain, car il rencontra une vive résistance et dû se replier sous le feu  des « 77 » allemands.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, NamurLe jeune sous-lieutenant Remy: « Avec ma section, je montai une première fois vers 8h dans les carrières formant la hauteur sud de ce ravin, je dus abandonner car je ne pouvais apercevoir l’ennemi qui tirait sur moi de l’avant et de l’arrière. 9 h je recommençai en faisant un long détour et réussis à m’installer. J’étais à environ 1200 m de l’artillerie qui se présentait largement en oblique. J’ouvris le feu et reçus celui de 40 tirailleur en soutien d’artillerie.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Presque aussitôt, deux pièces furent  mises en batterie sur ma section qui essuya 7 ou 8 coups de canons très bien ajustés, un homme fut tué et me trouvant attaqué par une section de mitrailleuses, je dus redescendre".

De fait, c’est le peloton Götz du Jägers bataillon 13 qui s’est porté vers Herbuchenne, (en soutien d’artillerie)  « où il a bientôt rencontré des forces ennemies. De là, il a eu l'opportunité de tirer efficacement sur les Français en retraite. Bientôt, le tir d’une batterie et de la  compagnie de mitrailleuses (M.G.K.) s'ajoutait au sien; leur feu a fait que l'ennemi abandonne rapidement toute résistance et recule avec de lourdes pertes. À midi, l'activité de combat était retombée ».

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Vers 10 heures, la 9ème cie n’avait encore perdu qu’un homme et avait une section en réserve quand on vint dire au capitaine Courthaz-Renan que le 33ème avait dû se replier et abandonner le pont et qu’il fallait battre en retraite le plus tôt possible pour ne point être coupé. Selon le rapport du lieutenant de Beaucoudray, « le capitaine donna l’ordre à ses sections de se porter rapidement en arrière. Les hommes épuisés par 5 jours d’escarmouches incessantes furent un peu démoralisés par ce mouvement de retraite. Arrivés au pont de la Lesse, les premiers groupes commandés par le capitaine furent fortement éprouvés par l’artillerie qui battait ce passage avec beaucoup de précision. Me trouvant en arrière de la cie avec ma section, j’appris que le capitaine blessé s’était réfugié à la Croix-rouge. Je pris le commandement et m’appliquai à faire passer la Lesse par petits paquets aux hommes qui terrifiés par la pluie d’obus s’étaient réfugiés sous les granges et les maisons, donnant à tout le monde, comme point de ralliement, l’entrée de la route de Beauraing derrière le pont du chemin de fer. Je partis moi-même avec le premier dernier groupe entraînant avec moi la voiture à vivre et à bagages abandonnée par son conducteur et enchevêtrée dans une barricade. Arrivés sous le pont du chemin de fer, je m’aperçus que ma malheureuse compagnie se retirait sur la route de Beauraing avec peu d’ordre. Je sautai à cheval et me précipitai en avant pour arrêter les groupes, rassembler ma compagnie et y rétablir avec l’aide de mes sous-lieutenants la cohésion et la discipline. Je fis faire l’appel. Il manquait  des tués des blesses et disparus 1 capitaine blesse, 1 sous –officier, 6 caporaux et 40 soldats. Ma voiture à munitions en bon état est restée à l’école d’Anseremme ». 

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

 Le pont sur la Lesse au confluent de la Lesse et de la Meuse. Le pontelet se trouve à droite du pont

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Situation confirmée par le lieutenant Plusquelec

« À l’entrée du pont sur la Lesse je me retournai pour savoir s’il fallait m’arrêter. Le capitaine me fit le geste de continuer, au passage du pont de Lesse, ma section essuya des coups d’artillerie. Le soldat Briquet fut tué. Je rassemblai ma section sous le ponceau à quelques pas du pont de Lesse, l’espace entre le pont de Lesse et le pont du chemin de fer étant battu, je pris l’initiative de me porter vers la gare d’Anseremme par la rive gauche de la Lesse. Arrivé sur les voies du chemin de fer, je m’aperçus que la compagnie légèrement en désordre se répandait vers Falmignoul ».

 Ainsi que par le jeune sous-lieutenant Remy: "À ce moment, je reçus l’ordre de tenir la barricade à l’entrée du village d’Anseremme sur le chemin de Dréhance pour protéger la retraite de la compagnie du 33ème qui occupait le château d’Hardenne, .... (qui)  m’entraîna dans son mouvement de retraite vers le pont de Lesse fortement battu par l’artillerie. Le capitaine fut blessé et passa le commandement au lieutenant  de Beaucoudray qui donna l’ordre de franchir le pont par groupe de 4 hommes  et de se rassembler sur la route de Beauraing, les premiers groupes s’étant éloignés très rapidement, il en résulta un certain désordre qui ne peut être réprimé qu’à 1500 m du pont d’Anseremme. Direction Hastière ».

La compagnie quitta donc Anseremme et se replia sur Hastière.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

Le curé de Hastière note l'arrivée de la compagnie du 148ème. Les blessés seront pris en charge par le poste de soins installé  au village. Le lieutenant de Beaucoudray qui a pris le commandement de la compagnie ajoute dans son rapport : "Il me manquait en outre ma voiture à munitions dont toutes les cartouches avaient été heureusement distribuées dans la nuit. Je ramenai ma compagnie en bon ordre sur le pont d’Hastière où je me mis à la disposition du général Mangin, commandant la 8ème brigade. Il me reste une compagnie de 209 sous-officiers caporaux et soldats, armés équipés ayant encore 200 cartouches par hommes et 1 jour de vivre de réserves. Le lieutenant Plusquellec et le sous-lieutenant Remy l’assistent pour  le commandement

La compagnie rejoignit le bataillon, à Annevoie, dans les jours suivants.

le 148ème régiment d'infanterie, Anseremme, Bouvignes, Dinant, le pont de Dinant, citadelle de Dinant, la Meuse, Août 1914, Onhaye, Namur

La 9ème compagnie en 1912.

On note déjà la présence (de gauche à droite) du lieutenant de Beaucoudray, du lieutenant Plusquellec  ainsi que de l'adjudant Robert (dont nous reparlerons plus tard) . Le capitaine Courthaz-Renan n'est pas encore au 148èmeRI.

14:42 | Lien permanent